L'arme des douze

De Wiki Dofus

Histoire de la Guilde

Grimoire de L'arme des douze – I Fondation

Il fut un temps ou le pays était en paix. Toute chose était équilibrée par sa contrepartie et une certaine harmonie régnait. Le peuple d’Amakna jouissait d’une prospérité sereine, ils cultivaient, ils construisaient, il maintenaient hors de leur univers les créatures sauvages et les monstres vicieux. Les dieux choyaient leurs ouailles. En ce temps là, AsP était un jeune Sacrieur rêveur, amoureux de la vie, amoureux d’une Belle aussi. Et déjà attiré par les horizons lointains qui, selon lui, recelaient les trésors exotiques qu’il voulait ramener a l’élue de son cœur.

Puis les Dofus disparurent.

Alors s’en vint le temps de l’anarchie, le chaos noyant dans sa houle impétueuse toutes les idées reçues, emportant au loin le calme des journées heureuses. Dans le tumulte nouveau AsP perdit sa Belle, le vent de la discorde balayant le souvenir de son nom, de son visage, de sa silhouette dansant le soir auprès des flammes. S’en vint le temps propice aux opportunités. AsP, les yeux pleins de larmes, regarda autour de lui et se forgea de nouveaux rêves.

Ainsi parle AsP :

« Entre les monstres pullulant aux portes de nos maisons et la moitié de nos concitoyens ayant clairement perdu la Cristaloboule je ne reconnais plus mon paisible chez moi. Il n'y a que deux sortes de gens pouvant survivre dans une telle anarchie : les plus violents et les mieux organisés. Je choisis de faire partie de la seconde catégorie. » Et, ayant trouvé une étrange pierre aux reflets bleutés dans les entrailles d’un bouftou de mauvaise laine (mal lui en pris de s’attaquer au Sacrieur), AsP entrepris un pèlerinage dans la montagne jusqu’à la grotte sacrée dédiée a la création des guildes Dofusiennes. Ainsi apparurent L'arme des douze : « Notre guilde a pour fonction première le développement des arts et métiers de chacun, dans l'intérêt de tous. A l'heure où certains tirent la couverture à eux, nous essayons, réunissant nos moyens, d'en fabriquer une qui nous couvrirait tous. Ainsi nous pratiquons le partage des ressources et la redistribution des objets fabriqués pour le meilleur intérêt de nos membres. Je n’impose rien a quiconque et je ne me remet pas en cause le principe de propriété personnelle. Je conçoit les Passeurs comme une réunion de gens sensés qui ont compris que la répartition la plus utile de nos produits, ou découvertes, profite a tous si elle profite à chacun individuellement. Un tel principe ne fonctionne que dans la réciprocité et la confiance. Et je veux remercier chaque membre de la guilde qui, par le passé ou dans le futur, eut ou aura le courage d’appliquer ces principes. » « Je vois pour l’avenir les bienfaits d’une telle organisation. Face a l’adversité, j’espère que nous saurons retrouver le réconfort qu’apporte la vie dans une communauté soudée. Cela sera très favorable a l’organisation de grandes parties de chasse, pour que chacun s’aguerrisse, et pour trouver et rapporter les nombreuses denrées rares et utiles pour nos créations. Par dessus tout, j’espère que nos efforts combinés nous mènerons a la découverte de lieux étranges par delà les frontières d'Amakna, d’où nous rapporterons des objets inestimables, le savoir le plus précieux et peut-être, pourquoi pas, les Dofus disparus. »

Rédigé sur parchemin de boufton blanc par AsP

Principe de la guilde

La guilde L'arme des douze fonctionne sur la base de quelques regles simples qu'il convient de respecter. Je les ai developpees dans divers sujets rediges , mais je le synthetise ici pour etre certain que tout le monde y aura acces.

1- Le respect des autres joueurs est primordial. Il peut se passer de nombreuses choses, gaies ou moins gaies, au niveau des personnages (se justifiant par des comportements Role Play) mais l'intolerance, la medisance, et la vulgarité inter-joueur est evidemment a proscrire. Je mets noir sur blanc ce prérequis, mais je dois souligner que jusqu'a présent nous n'avons jamais eu a souffrir d'incident majeur de ce point de vue. Continuons ainsi.

2- Tout membre de la guilde accepte de donner au minimum 5% de son experience acquise, en permanence. Cette participation mineure permet de faire evoluer la guilde regulierement. Chaque personnage titularisé est par ailleurs libre de definir son taux de participation et de le modifier comme bon lui semble, tant qu'il le laisse a 5% minimum.

3- Les personnages alignes sont acceptes dans la guilde, quelque soit l'alignement, les aggressions au sein de la guilde sont cependant interdites. Les agressions de personnages neutres en dehors de la guilde sont également interdites.

4- Il n'y a pas de restriction aux agressions de percepteurs d'autres guildes. Il semble que tres prochainement les percepteurs vont devenir plus ergonomiques et donc engendrer un regain des luttes inter-guildes. Cela pourra dynamiser un peu le jeu.

Règles

Je rédige aujourd’hui, à la Demande de AsP, Meneur de L'arme des douze, pour que tous et toutes sachent la conduite à tenir vis à vis des découvertes que nous pourrions faire lors de nos campagnes.

« Compagnons,

La guilde L'arme des douze s’agrandissant et, ma foi, prospérant, il me faut aujourd’hui m’inquiéter de maintenir l’équité jusqu’ici respectée entre nous. Je parle ici de la question de la répartition des butins récoltés lors de partie de chasse commune, attendu que les trouvailles sont maintenant le fruit d’un effort commun. Cette règle que je vais édicter s’apparente a un code de bonne conduite que je souhaiterais vous voir respecter. Elle s’applique aux objets et ressources difficiles à trouver de par leur rareté : ressources liées aux créatures mais considérées comme rares, clefs de donjons, parchemins et cartes, éléments de panoplies, armes ethérées. Si un doute persiste quant à la rareté de l’objet trouvé l’appréciation est laissée au jugement de l’organisateur de la campagne ou de la personne la plus gradée disponible au moment de la répartition du butin. Donc pas question de revendiquer l’application de la règle pour la répartition de cornes de bouftou ou de pattes d’araknes !

Je vous livre la règle :

« Lorsqu’à la fin d’un combat l’un des valeureux combattants trouve quelque chose de rare et de précieux, dont il n’a pas l’utilité directe ni pour son métier, ni pour son évolution personnelle (objets de quêtes ou de donjons, parchemins, réalisation d’équipement de meilleure qualité) tout autre membre de la guilde ayant participé au combat, et ayant lui une utilité directe de l’objet, est en droit de lui demander le partage par le sort (emote Pierre-Feuille-Ciseaux) »

A cette règle simple il convient d’ajouter quelques clauses :

1- Si le trouveur de l’objet le donne a un combattant en ayant besoin, l’objet échappe alors a la règle du partage, attendu qu’il profite déjà pleinement à la guilde. Dans ce cas il est demandé aux trouveurs de répartir équitablement les objets trouvés entre personnes présentes en ayant besoin (ex : un diamant a chaque bijoutier si deux diamants et deux bijoutiers). Cette répartition devra se faire sur l’ensemble des combats de la partie de chasse (un pour toi, un pour lui, un pour toi, un pour lui….) 2- Un membre de la guilde présent pourra se faire aider par le champion de son choix dans le groupe [hrp : au cas où il n’ait pas l’emote]. 3- Chaque trouvaille ne pourra faire l’objet que d’un partage par le sort, même si plusieurs personne le réclament. Le possesseur est alors en droit de choisir de qui il accepte de défi.


Entendons nous bien, il ne s’agit pas là de créer une contrainte mais plutôt de prévenir d’éventuelles tensions dues aux « excès de chance décourageants de mon voisin » tout en essayant d’apporter un peu de piment à nos parties de chasse. L’idée est vraiment d’essayer de répartir les trouvailles équitablement et je vous demande de ne pas vous acharner sur les malheureux chanceux. J’espère que vous l’appliquerez tous de bon cœur dans les moments appropriés. Je me réserve bien sûr le droit de trancher tout problème d’application de la règle et de la modifier si à l’usage celle-ci s’avère obsolète. Enfin je tiens à préciser que tout arrangement a l’amiable satisfaisant l’ensemble des participants a la chasse prime sur cette règle ; si tout le monde est content pas la peine de se compliquer la vie outre mesure. Je sais d’expérience que c’est le cas la plupart du temps.

Merci à tous de votre participation à la guilde L'arme des douze

AsP, Sacrieur, Meneur de Guilde. »

Rédigé sur du parchemin de boufton blanc par AsP.